L'équipe artistique.

Laetitia Brighi fait ses premiers pas sur scène au sein de la Cie du Jeune Ballet Corse avant de rejoindre la formation de danse jazz de Raza Hammadi à Paris.
Parallèlement à quinze années d’enseignement dans de grands centres de formation (Centre du Marais, Studio Harmonic, Centre de danse Alésia), elle est interprète dans les compagnies Polypous, L’autre Et Moi, Fanny Coulm...

Elle collabore à des projets chorégraphiques mêlant artistes de tous horizons et participe à différents festivals internationaux (Frasq/ Le Générateur à Gentilly, Festival Japonais Paint Your Teeth et Les Nuits Blanches à Paris).
En 2011, elle bénéficie d’une bourse du « Graham Center of Contemporary Dance » et part étudier la méthode Graham à New-York.
Forte de cette expérience, elle voyage en tant qu’interprète (Israël, Luxembourg, Espagne, France) et rencontre des artistes de différentes cultures. Ces rencontres et collaborations favorisent sa capacité et son besoin d’expression qui vont naturellement la mener à la création...

En 2012, elle collabore pour la première fois avec le musicien Laurent Gueirard. Leur création commune PZL 912/9, est un jeu rythmique et hypnotique mêlant danse, vidéo, et musique live acoustique et électronique. Cette création hybride a été sélectionnée pour la première édition du festival Duos Croisés à Paris.
En 2014, elle est engagée dans la compagnie Biz’art en tant que première danseuse pour célébrer les 20 ans du « Sacre du printemps » ; compagnie alors dirigée par Jennifer Gamet Rossi, aujourd’hui directrice du Conservatoire Henri Tomasi et Sandrine Henault, sujet à l’Opéra de Paris.

Parallèlement, elle réitère sa collaboration avec Laurent Gueirard et crée Last Rope, un très court métrage sur le thème "Tarantino et la danse". Le film remporte le prix du public au festival Des arts des cinés à Saint-Etienne et est projeté au InShadow Festival à Lisbonne et au Dance Digital Festival à Essex en Angleterre.
En 2016, Karine Saporta l’invite à rejoindre le cursus « Chorégraphe, un métier » à la faculté de Caen dont elle sort diplômée. Cette formation renforce son envie de chorégraphier, lui permet d’élargir ses compétences, notamment autour de l’écriture, et d’affirmer sa démarche artistique. Elle lui permet également de faire un stage d’observation avec la chorégraphe Carolyn Carlson et aboutit à la création de sa première pièce Papillon, pour 5 interprètes. En 2018, elle chorégraphie le clip Gogol du groupe de musique électronique H.I.V. lauréat des prix London 4X Seasonal Short Film Festival et Prague International Monthly Film Festival.

En 2020, elle rejoint sa région natale, la Corse et crée la compagnie de danse La Danzateria, implantée à Bastia. Son envie de partager et d’échanger avec les artistes et le public la positionne immédiatement au sein du tissu culturel insulaire.
Elle chorégraphie le spectacle « Ora » du groupe de polyphonies corses Tempus Fugit et danse la même année, dans le film «Devant la mer» de la chorégraphe Michèle Ettori de la compagnie Vialuni. Réalisé par le vidéaste et concepteur sonore, Fabien Delisle, Devant la mer réunit des artistes insulaires toujours en action malgré la crise sanitaire.

En 2021, Laetitia Brighi est artiste associée à  Fabrique de Théâtre / Site Européen de Création à Bastia. Elle y créé Lucendiluna , première pièce de La Danzateria: un solo participatif qui invite dix femmes du lieu de la représentation.
En 2022, elle poursuit sa collaboration avec le musicien Laurent Gueirard. Le duo débute la création de Cordes qui sera jouée pour la première fois en 2023 à l'Alb'oru à Bastia. Cette création s'inscrit dans le spectacle Corps & Son qui réunit La Danzateria et la Compagnie VIaluni. 

Laetitia est titulaire du diplôme d’État de professeur de danse et du diplôme universitaire « chorégraphe, un métier ».

Laetitia.jpg

Laetitia BRIGHI,
chorégraphe & interprète

Laurent Gueirard.jpg

Laurent GUEIRARD,
Compositeur & Interprète

Laurent Gueirard se forme à la batterie auprès de Jean Claude Paolini au conservatoire de musique Henri Tomasi à Bastia et s'’initie au violoncelle auprès de Paul Antoine de Rocca Serra, à la percussion classique et au piano jazz avec Jean Michel Giannelli.
Ce besoin d'ouvertures aux diverses formes instrumentales le mène à Paris où il étudie au conservatoire Nadia et Lili Boulanger au sein de la classe de jazz menée par Nicolas Folmer et Pierre Bertrand.
Il se forme en même temps au piano à la Bill Evans Piano Academy dirigée par Bernard Maury et participe aux stages du saxophoniste new-yorkais Steve Coleman, du guitariste Marc Ducret, ou du rythmicien brésilien Lucas Ciavatta.
En 1998, il fonde son premier groupe, le trio de jazz John Mac Dume avec lequel il sillonne encore aujourd’hui les routes corses.
En 2006, il intègre le sextet de jazz Inama dirigé par les saxophonistes Fabien Debellefontaine et Julien Soro avec lesquels il sort son premier album « La Boite Noire » et gagne le prix SACEM au festival de jazz à Saint Germain des Prés.
En 2007, il crée pour les Rencontres du Violoncelle de Moïta un trio "violoncelle, guitare électrique et batterie" au répertoire rock et musiques improvisées.
Un an plus tard, marqué par une volonté de changement radical, il rejoint le quintet electro pop Studio Paradise avec lequel il enregistre 2 albums et se produit dans de nombreux festivals en France et en Corse comme Les Voix du Gaou, Musilac, Les Nuits de Champagne, Calvi On The Rock, et Cargese Sound System.
En 2012, il collabore pour la première fois avec la chorégraphe et danseuse Laetitia Brighi : dialogue entre danse, video et musique live, leur création commune PZL 912/9 est un jeu rythmique et hypnotique sélectionné pour la première édition du festival duo croisé à Paris.
En 2014, ils réitèrent leur collaboration et créent Last Rope, un très court métrage sur le thème "Tarantino et la danse". Le film gagne le prix du public au festival Des Arts Des Cinés à Saint-Etienne et est projeté au Inshadow Festival à Lisbonne et au Dance Digital Festival a Essex en Angleterre.
En 2016, il compose sa première œuvre de musique électronique, la musique de Papillon, une chorégraphie pour 5 danseurs sur le thème du rêve.
En 2020, il rentre en Corse, sa région natale et plonge immédiatement dans le bain de la production musicale insulaire, fort de sa pluridisciplinarité. Il intègre, en tant que batteur, le Jakez Orkeztra et son spectacle Cosmolitude 2021 ainsi que le spectacle Tra Me è Te de Marylène et ghjuvan francescu Giamarchi, et le groupe électro post punk Berthe en tant que bassiste.
Il est compositeur et interprète pour le spectacle de danse Lucendiluna de Laetitia Brighi et pour Machination, un duo avec le producteur de musique électronique Pasqua Pancrazi, créé spécialement pour l’ouverture de la 4ème Edition du festival Zone Libre. En parallèle, Il enregistre des percussions sur une composition de Célia Picciocchi pour le documentaire sur le coureur Norbert Santelli, recordman de la traversée du GR20.
Depuis 2021, Laurent donne une classe de batterie hebdomadaire au Centre Culturel Una Volta, à Bastia.